zion

USA #6 : Entre Moab et Yosemite

Nous partons de Moab à regret. C’est clairement un endroit où nous reviendrons pour explorer les 1001 possibilités offertes par les parcs incroyables d’Arches et de Canyonlands.

Nous reprenons la route, la UT-191, sur quelques kilomètres avant d’enclencher la highway 70. Nous passons Green River et sortons sur l’échangeur 149.

Capitol Reef National Park

Nous arrivons au coeur du parc dans la zone appelée Fruita Area. Premier stop  : des gravures, ou plus exactement des pétroglyphes, qui luttent tant bien que mal contre le temps qui passent témoignent de la vie dans ses grandes étendues bien avant ce que nous pouvions imaginer. Nous poursuivons la route en même temps que notre remontée dans le temps : une école comme dans la Petite Maison dans la Prairie (excusez nous pour la référence :D) est posée là au détour de la route.

Bon plan : pendant la saison des fruits entre Juin et Octobre, Fruita Valley porte très bien son nom puisque vous pourrez vous même cueillir vos fruits dans les différents vergers.

On poursuit jusqu’au Visitor Center et nous arrêtons sur l’aire de pic nique, très agréable en bord de ruisseau, bien aménagée. Un camping bien vert avec de beaux emplacement se situe de l’autre côté du chemin. On poursuit la route vers la Scenic Drive (comprise dans le Pass America Beautiful, sinon 10$ par véhicule). Les paysages sont différents de ce qu’on a pu voir jusque là. La route est un cul de sac, nous revenons donc sur nos pas et repartons en direction de Bryce Canyon.

Capitol-Reef

Capitol-Reef

Capitol-Reef

Capitol-Reef

Capitol-Reef

Capitol-Reef

Scenic Drive 12

Nous empruntons les chemins de traverse : tout d’abord la route 24 jusqu’à Torrey puis la Scenic Drive 12 entre Torrey et Bryce Canyon. A nous les paysages spectaculaires. Mais ce que nous n’avions pas prévu au planning c’était l’arrivée de la neige. Autant vous dire que cela a pimenté l’aventure car nous n’avions ni chaînes, ni pneus neige.

Reprenons l’embranchement avec la Scenic Drive 12 au niveau de Torrey. La route grimpe, grimpe, grimpe inexorablement. La température chute à vue d’oeil sur notre compteur alors que l’altitude ne cesse d’augmenter. Et nous ne tardons pas à voir apparaître les premiers flocons. Petite pensée à notre tente et à la nuit qui nous attend.

Là encore mettez de l’essence dès que vous voyez une station service, on n’est jamais trop prudent.

On s’arrête une fois arrivés au col. Un parking sur la gauche permet d’admirer la vue. Vue à 180° s’il vous plaît. Mais le temps se fait plus que menaçant.

Nous reprenons la voiture, traversons de nombreux villages aux allures de village fantôme. Et nous entamons la meilleure partie à notre goût : nous sillonnons sur les crêts avec à droite et à gauche un cours de géomorphologie grandeur nature. Les roches malmenées par le temps, l’érosion, les forces terrestres, nous offrent un splendide paysage.

Scenic-Drive-12

Scenic-Drive-12

Scenic-Drive-12

Scenic-Drive-12
Scenic-Drive-12

Scenic-Drive-12

Scenic-Drive-12

Bryce Canyon

Notre séjour (plus court que prévu) à Bryce Canyon a été quelque peu chaotique. Nous arrivons en fin d’après midi, le temps est à la pluie voire à la neige fondue. Pour rappel, nous avons une tente Quechua et nos deux sacs de couchage. Arrivés au comptoir du camping juste à l’extérieur du parc, le réceptionniste nous demande si nous sommes sûrs mais vraiment sûrs de vouloir dormir dans la tente : “Mais oui voyons!”. Nous trouvons un emplacement, puis après réflexion décidons de dormir dans la voiture “On ne sait jamais”. Bien nous en a pris : réveil le lendemain matin sous 5 à 10cm de neige. Et bien évidemment nous n’avions pas de chaînes. Que fait-on ? Attendons nous que la neige s’arrête pour aller voir Bryce Canyon ou dépêchons nous de partir avant qu’il ne soit trop tard ? La neige a décidé pour nous : voilà qu’il recommence à tomber de gros gros flocons. Ni une ni deux, on remballe et c’est parti! on se met dans les traces d’un poids lourd (oui il roule tranquille, sereinement sans chaîne sous la neige qui tombe drument). On sort de la tempête de neige et on trouve un parking en contrebas pour admirer le paysage rouge sous ce manteau blanc.

On descend encore un peu et nous arrêtons à Red Rock Canyon. Que le spectacle est bon ! Nous aurons même droit à un coin de ciel bleu !

 

Bryce-Canyon

Bryce-Canyon

Bryce-Canyon

Bryce-Canyon

Bryce-Canyon

Bryce-Canyon

Zion National Park

On décide donc de faire d’une traite jusqu’à notre prochaine étape : l’entrée de la Death Valley. Nous décidons de traverser Zion National Park puisque c’est sur la route.

La première chose qui surprend c’est la route avec son revêtement …rouge. Loin de dénaturer le lieu, cela s’accorde bien avec la roche et accentue les contrastes.

Nous ne nous attardons malheureusement pas car une longue route nous attend encore. Nous repassons à proximité de Vegas, la ville est tout aussi impressionnante de loin. Nous dépassons le pénitencier et continuons notre route dans l’immensité désertique.Nous faisons un dernier plein d’essence par précaution.

zion

zion

zion

zion

zion

zion

zion

zion

Nous arrivons au Long Street Inn & Casino : une étape hors du temps avec ce motel tout droit sorti d’un film de Tarantino, ses routiers qui font halte et quelques touristes perdus comme nous, ce casino désuet, le vent qui balaie l’entrée de l’établissement.

Le lendemain, nous partons à l’assaut de la vallée de la mort après avoir acheté un bidon d’eau. .

Death Valley

Autre coup de coeur de notre périple : la vallée de la Mort. Incroyable étendue brûlée par le soleil qui offre des paysages uniques et pourtant si divers. Contrairement au cliché qu’on s’en fait, on ne saurait réduire la vallée de la mort à un désert de pierres monotone.

On y accède par la Death Valley Junction à l’est. Mettez de l’essence avant, il n’y a que 2 stations dans la vallée, mais à des prix plus que prohibitifs.

On commence par du haut niveau (dans tous les sens du terme) puisque nous voilà perchés en haut du Dante view Point. Et chose incroyable : il y faisait frais, vraiment frais puisque nous avons dû remettre veste et pantalon. Mais on vous rassure, la chaleur nous a bien vite rattrapé. La vue est époustouflante, avec un panorama unique sur Badwater.  Nous y sommes arrivés tôt, il n’y avait personne. On a pu profiter de la beauté brute de ce paysage tout de roches.

On poursuit jusqu’à Zabriskie Point : la roche se plie comme un tissu parfaitement malléable, c’est tout simplement incroyable. Les couleurs oscillent du  jaune au marron.

On descend et bifurque à gauche direction Badwater. Connu pour être le point le plus beau des USA, il se situe à 86 mètres sous le niveau de la mer. Nous garons la voiture sur le parking, et là la chaleur nous plombe. Nous sommes plus que contents de faire la visite au mois d’avril. Prenez de l’eau, beaucoup d’eau car sur ces grandes étendues nos repères nous trompent, se faussent, on a du mal à évaluer la distance. Nous descendons sur le sel laissé là par l’ancien lac de sel. Les cristaux laissent comme des pétales de sel, l’étendue blanche n’est pas lisse. Après quelques clichés, nous avons déjà vidé nos bouteilles d’eau, le prudence nous incite à retourner à la voiture.

On repart vers l’Artist Palette. Sur la droite, on prend la route en sens unique qui permet d’accéder à ses roches aux couleurs surprenantes. Nous nous attendions à quelque chose de plus spectaculaire. Mais le spectacle reste étonnant : des roches vertes, violettes, roses. C’est l’oxydation de la roche volcanique chargée de métaux comme le fer ou la manganèse au contact de l’oxygène qui a donné ses couleurs.

On poursuit jusqu’à Mesquite Flat Sand Dune. On imagine sans mal que ces dunes recouvriront un jour une grand partie de la vallée. Très jolie arrêt avant de prendre la route pour sortir de la Death Valley.

Et là les freins vont être mis à très rude épreuve (et nous ne sommes qu’en Avril, la température est clémente). Les voitures automatiques n’ont pas de frein moteur, tout se fait donc avec la pédale. Et la descente est interminable. On en oublierait presque la beauté lunaire qui nous entoure tellement nous sommes concentrés sur l’odeur de plus en plus forte qui se dégage du capot. Et pour achever le tout, un coyote nous coupe la route et se met devant la voiture. Freinage d’urgence, je m’arrête 5 min pour reprendre mon souffle. Mais voyant le coyote s’approcher de la fenêtre nous repartons à douce allure pour ne pas l’effrayer. La sortie de la vallée de la mort est vraiment spectaculaire mais met à rude épreuve les voitures.

vallée-de-la-mort

vallée-de-la-mort

vallée-de-la-mort

vallée-de-la-mort

vallée-de-la-mort

vallée-de-la-mort

vallée-de-la-mort

vallée-de-la-mort

vallée-de-la-mort

vallée-de-la-mort

vallée-de-la-mort

vallée-de-la-mort

vallée-de-la-mort

vallée-de-la-mort

vallée-de-la-mort

Yosemite

Il n’y a que deux manières d’accéder à Yosemite Valley depuis la Death Valley :

  • Par l’ouest
  • Par l’est en empruntant la Tioga Pass. C’est le chemin le plus court et qui nous intéresse le plus. Malheureusement pour nous, la Tioga Pass est fermée une grande partie de l’année. Elle n’ouvrira cette année là que fin mai.

Nous devons donc faire un immense détour par Fresno pour remonter vers l’entrée du Yosemite. Long, très long, trop long.

Mais nous le faisons d’une traite après notre journée dans la Vallée de la mort. Nous arrivons dans un camping Koa de nuit juste à l’extérieur du parc.

Nuit sous la tente. Ou plutôt dans la voiture. Après des rugissements suspects, la peur de l’ours nous prend et nous nous réfugions dans la voiture. Nous ne saurons jamais quels étaient ces bruits effrayants en pleine nuit.

Le lendemain, direction Yosemite Valley. Beaucoup de monde à l’entrée. Nous prenons Glacier Road, un cul de sac qui offre une vue incroyable sur la vallée. Mais il y a énormément de monde. Beaucoup trop. Cela gâche quelque peu le spectacle. Nous descendons dans la vallée et, là tout s’empire. Le monde est insupportable. On a envie de profiter de la nature, du silence mais c’est impossible. Nous décidons de ne pas nous attarder plus longtemps.

yosemite

yosemite

yosemite

Yosemite fut notre petite déception du voyage. Nous pensons qu’il faut partir en randonnée sur plusieurs jours pour vraiment apprécier le parc.


Les immanquables

  • La Vallée de la mort dans sa totalité
  • La beauté de Red Rock canyon sous la Neige
  • La surprise de la Scenic Drive 12
  • La fraîcheur de Zion National Park après tant de paysages désertiques

Nous avons moins aimé

  • Le monde dans la Yosemite Valley
  • Ne pas pouvoir accéder à Bryce Canyon à cause de la neige !

 

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *